Assurance vie : à savoir avant d’investir

Investissement apprécié des Français, l’assurance-vie peut se révéler avantageuse, que si vous envisagiez financer un projet sur une période donnée ou anticiper sur votre retraite. L’assurance-vie présente de nombreux atouts : une fiscalité aérée, un placement du capital sécurisé ou la solution de modifier son capital en rente viagère. L’assurance-vie procure aussi bien des avantages que des inconvénients. Faisons un petit tour d’horizon sur ce type de placement.

Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?

Il faut comprendre qu’une assurance-vie est un placement financier qui vous permet de préparer plusieurs projets. Par exemple pour un projet immobilier, se constituer un capital (si vous avez besoin d’argent rapidement, vous pouvez le demander), préparer votre retraite ou transmettre en cas de décès.

Il ne faut surtout pas penser que cette démarche est faite exclusivement en cas de décès. La plupart des personnes confondent l’assurance en cas de vie et l’assurance en cas de décès. L’assurance en cas de vie garantit la vie de l’assuré. L’argent sera donc versé si à la fin du contrat l’assuré est toujours vivant. En ce qui concerne l’assurance en cas de décès, elle garantit l’assurance en cas de décès de la personne. Les sommes seront donc versées à un bénéficiaire si le souscripteur décède avant la fin du contrat.

Comment souscrire à un contrat d’assurance-vie et l’alimenter ?

Pour y souscrire, c’est très simple. Vous avez besoin d’être majeur ou si vous êtes mineurs, vous pouvez y aller avec votre représentant légal. Ensuite, vous avez un premier montant obligatoire à verser qui varie en fonction du type de contrat. Enfin, pour l’alimenter, vous avez deux options possibles. Vous avez le versement libre où vous pouvez alimenter votre assurance-vie quand vous le souhaitez et à l’opposé vous avez les versements programmés.

À ce niveau, vous choisissez une fréquence et vous versez un montant. Il est important de savoir qu’après le placement initial ces versements ne sont pas obligatoires. Par exemple, si vous prenez une assurance-vie chez votre banque, il faudra bien demander s’il s’agit d’un contrat à adhésion collective ou individuelle. La différence est qu’avec un contrat à adhésion collective, la banque a un pouvoir de décision sur certaines conditions.

Avec un contrat à adhésion individuelle, vous aurez alors le pouvoir sur les changements. Vous pouvez choisir ou non ces modifications. Nous vous recommandons surtout d’opter pour un contrat à adhésion individuel, car il est plus intéressant.

Les principaux types de placement dans l’assurance-vie

Le premier type de placement est le fond en euros. Ils sont considérés comme des placements moins risqués. Ce sont principalement des obligations. Ils sont sans risques parce qu’il existe une garantie de capital. En deuxième position, nous avons les unités de compte. Ils sont plus risqués dans la mesure où vous n’avez pas de garanties de capital. Si par exemple il y a une baisse du marché, vous aurez certainement une moins-value sur vos unités de compte. Vous allez donc forcément perdre de l’argent. C’est plus risqué, mais vous pouvez avoir des possibilités de rendement plus importantes. ces unités de compte sont surtout composées de SCI, SICAV, Actions.

En troisième position, nous avons les fonds multi supports. Il s’agit notamment d’un mélange de fonds en euros et d’unités de compte. Cette démarche est efficace parce que d’un côté, on garantit de l’argent et d’un autre côté, on prend plus de risque afin de se faire des rendements plus conséquents.

Les différents types de gestion pour votre assurance vie

On distingue trois types de gestion. La gestion libre vous permet de choisir vos placements en fonction de vos objectifs et de votre niveau de risque. Ensuite, vous avez la gestion pilotée. Avec celle-ci, vous avez un conseiller qui va choisir vos placements et vous allez décider si vous voulez investir sur le placement ou pas. Enfin, la troisième concerne la gestion sous mandat.

Avec cette catégorie, le conseiller gère tout pour vous tout en lui faisant confiance à 100 %. Dans cette option, se dégagent souvent trois sous-catégories. La gestion est assurée soit par des conseillers, soit un robot appelé « robot advisor ». Ce dernier suit un indice comme les trackers. Enfin, vous avez des solutions hybrides : robot et conseiller où on allie le meilleur (l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle).

Les robo advisors les plus connus en France sont Yomoni et Nalo. Yomoni a une offre très large, tandis que Nalo est devenu le spécialiste de l’investissement ESG.

Les avantages de l’assurance-vie

L’assurance-vie propose une gestion souple. Vous pouvez faire des versements ponctuels ou mensuels par exemple. Vous avez aussi la disponibilité de vote capital, ce qui vous permet de prendre votre argent quand vous en avez envie. Vous avez surtout des avantages fiscaux comme le PEA et vous avez aussi le capital de l’assurance-vie qui ne rentre pas dans la succession. De plus, vous avez droit à un capital garanti quand vous choisissez des fonds en euros et vous pouvez notamment choisir n’importe qui comme bénéficiaire.

Les inconvénients de l’assurance-vie

Le premier inconvénient est qu’il y a des frais qui peuvent être un peu conséquents. Le deuxième inconvénient est que, sur de la gestion libre, il faudra y consacrer un peu de temps pour sélectionner vos placements.

En définitive, l’argent généré par votre assurance-vie peut être retiré quand vous le souhaitez. La fiscalité de l’assurance-vie ne s’applique que sur les intérêts générés.

Sur quoi peut-on investir en assurance vie ?

Lorsque vous investissez en assurance vie il y a deux grands choix à faire :

  • Investir en fonds en euros. Les fonds en euros sont protégés contre la baisse par la société d’assurance. Les rendements sont relativement faibles, mais la protection est faible. En revanche il ne faut pas oublier qu’il y peut y avoir une baisse du pouvoir d’achat à cause de l’inflation.
  • Investir en Unités de Compte (UC). Les Unités de Compte sont tous les investissements qui sont protégés contre la baisse. Cela peut-être des OPCVM, des actions en direct, des SCPI (Sociétés de Placement Immobilier) ou de l’or. Les OPC peuvent être des fonds d’investissement actifs ou des ETF (Exchange Traded Funds). Les UC peuvent subir une perte en capital quel que soit leur niveau de risque. Il est très important d’en être conscient. Le risque de perte dépend du type d’UC. Mais les UC permettent d’avoir potentiellement une bonne performance sur le long terme, et de faire fructifier le capital que vous avez investi initialement. Grâce aux unités de compte vous pouvez aussi largement diversifier vos placements financiers.

Il est important d’avoir une allocation d’actifs adapté à votre profil de risque.

Certains contrats d’assurance vie ne donnent accès qu’aux fonds en euros, c’est ce que l’on appelle les contrats monosupport. Quand on peut y ajouter des unités de compte, c’est un contrat multisupports.

Quels sont les frais d’un investissement en assurance vie ?

Lorsque vous investissez en assurance vie, vous aurez plusieurs types de frais :

  • Les frais d’entrée. Ils peuvent aller jusqu’à 5% pour l’entrée en assurance vie. Il faut aussi y avoir des frais d’entrée sur les fonds (et pas seulement les SCPI). Les contrats d’assurance vie en ligne n’ont, dans la majorité des cas pas de frais d’entrée, le gain est donc considérable.
  • Les frais de gestion du contrat. Ils vont de 0,5% à 1,5% par an et sont prélevés régulièrement sur le long terme, pendant toute la durée de vie du contrat.
  • Les frais d’arbitrage, lorsque vous changez de fonds ou d’unité de compte.
  • Les frais internes des fonds en euros et des unités de compte.

Quel assureur choisir ?

Il est important de choisir un assureur solide, qui présente un certain nombre de garanties. En effet, lorsque vous investissez en assurance vie, vous n’êtes pas propriétaires des supports d’investissements. Votre épargne investie sur les marchés financiers au travers d’une assurance vie pourrait être partiellement perdue si l’assureur venait à faire faillite.

Les grandes assurances en France sont AXA, Suravenir Crédit Agricole, Swiss Life, Generali et quelques autres.

Il faut aussi savoir que les assurances vie sont distribuées par des courtiers. Cependant le capital investi n’est pas géré par le courtier, mais bien l’assureur. Le courtier gère la relation client et non la gestion financière et assurantielle du contrat.